Je n'aime pas être enceinte ?... bilan 1er trimestre



Est-ce que j'aime être enceinte ? Il y a deux mois j'aurai répondu un NON catégorique...bah oui j'étais dans le premier trimestre!
Maintenant que je suis bien avancée dans le second trimestre de grossesse, j'ai un avis plus nuancé sur la question. Je ne déteste pas être enceinte, loin de là, mais ce n'est pas non plus tout beau tout rose comme dans certains films. Aussi, je ne ressens pas l'épanouissement total dont parle certaines futures mamans. Mais j'y reviendrai dans un article consacré à ce deuxième trimestre de grossesse.

Une chose est sûre, les trois premiers mois je n'ai pas du tout aimé être enceinte. Alors oui, je sais, cela ne se dit pas. Oui, je sais, être enceinte est un cadeau du ciel. Oui, je sais, c'est une chance incroyable, et certaines femmes attendent des années. Je sais. Il n'empêche que ... j'ai trouvé ça vraiment dur. Pourquoi ?

1. Le stress

J'ai stressé pour TOUT pendant trois mois (encore aujourd'hui, mais beaucoup moins). C'était le stress de la fausse couche (FC pour les intimes). J'ai dans mon entourage beaucoup de femmes qui en ont souffert, et j'étais persuadée que ce serait aussi mon cas. J'ai donc fait quatre prises de sang pour vérifier que j'étais bien enceinte et que mon taux d'hormones augmentait convenablement (oui oui, quatre). L'attente des résultats était une grosse source d'angoisse, à m'en tordre l'estomac. J'ai passé trois échographies au premier trimestre (oui oui, trois), durant lesquelles j'étais sûre qu'on allait m'annoncer que le coeur ne battait plus, que c'était fini.

Bref vous l'aurez compris, j'étais une boule de nerfs sur patte. Avec le recul, je m'en veux de m'être mis dans des états pareils, sachant que je n'avais aucune prise sur le destin.

2. Les symptômes physiques

Pour commencer, j'ai eu de la chance. Je n'ai pas passé 3 mois la tête dans la cuvette des toilettes comme certaines femmes. J'ai eu des nausées durant 1 mois et demi et ça m'a largement suffi. Les nausées ça donne presque envie dans les films : oups, je ne me sens pas très bien, je cours aux toilettes, un petit vomito et je suis à nouveau d'attaque! La vérité ? C'est comme passer une journée en bateau avec le mal de mer.

D'ailleurs pourquoi nausées matinales ? Dans mon cas, c'était toute la journée, avec un pic en soirée. Bref de quoi te pourrir ta journée, te rendre les transports en commun vraiment désagréables et transformer les repas en véritable casse-têtes. Que manger ? Une seule chose passait : les féculents. Je n'ai mangé que ça pendant un mois, impossible de me forcer à avaler autre chose.


3. Le moral 

Durant ce même laps de temps, j'ai été très déprimé. Impossible de savoir pourquoi. J'imaginais le premier trimestre accompagné de tempêtes émotionnelles est de crises de colère, et, à la place de ça, je suis devenue une coquille vide sur le canapé. J'étais absente, maussade, triste, j'en ne riais plus, je dormais toute la journée, j'étais apathique...et en même temps heureuse de porter la vie... Comme c'est bizarre cette sensation ! La sage-femme m'a dit que c'était la faute aux hormones, et c'est sûrement vrai car, du jour au lendemain, j'ai retrouvé la forme physique et la joie de vivre !

J'ai beaucoup culpabilisé de ne pas aimer être enceinte, je me disais que je n'étais pas normale, que j'étais la seule future maman à ne pas vivre pleinement ce moment, à être malheureuse.

Puis, en me renseignant, je me suis vite rendu compte que j'étais loin d'être un cas isolé, que le premier trimestre était dur physiquement et mentalement pour beaucoup, et qu'il impactait les femmes de différentes manières. Il faut tenir bon et attendre que les beaux jours reviennent. Le second trimestre a été pour ma part une bouffée d'oxygène.
Surtout : ne pas culpabiliser de ressentir des émotions contradictoires durant cette période si particulière et qui chamboule toute notre vie. Ça ne m'a en aucun cas empêché de vouloir très fort de ce bébé et de l'aimer de plus en plus au fil des semaines.

À bientôt, L ♡. 

Commentaires